0

monts béliersmonts béliersusine des monts béliersmonts béliersL’usine des monts béliers se situe quelque part sur une route départementale d’Occitanie. Cette dernière est un ancien lavoir à charbon munie par ailleurs de deux énormes cuves. Depuis un article de la dépêche du Midi datant de 2015, Nous apprenons que l’usine des monts béliers a été “Construite en 1975, l’exploitation de ce lavoir commencera en 1984, pour finir le 30 juin 1997, date de l’arrêt définitif du charbon dans la région. Le lieu a été racheté la même année mais jamais réutilisé. Il en résulte aujourd’hui des dégradations importante et une pollution des sols.”

monts béliersmonts béliersescaliersdescenteEn effet l’usine des monts béliers fut la dernière debout en France en tant que lavoir à charbon. En effet, pour la petite histoire : ” Le lavoir à charbon est apparu au milieu du XIXe siècle afin d’apporter une amélioration à la qualité des produits et aux conditions de travail du personnel. Les lavoirs réalisent la préparation mécanique du charbon, c’est-à-dire la transformation du charbon extrait, ou charbon brut, en produits commercialisables répondant aux exigences des clients ou utilisables dans les centrales et chaufferies des houillères. Le Lavoir peut être employé pour des mines « découvertes » (carrières) comme pour des mines souterraines.” (Source : Wikipédia)

grilleverrele soldangerSelon un article de la dépêche du midi, la visite des lieux représente actuellement un danger selon les propos tenus par l’actuel propriétaire : «Tout est clôturé. L’accès est interdit. Qu’est-ce que je peux faire d’autre? J’y vais régulièrement. Il y a 6 mois, je me suis presque fait agresser par des jeunes que j’avais croisés un dimanche, en allant constater que des portails avaient été arrachés

Nous rappelons qu’il est interdit de s’aventurer sur une propriété privée, ici il s’agit par ailleurs non pas d’un lieu abandonné mais bien d’un lieu en friche laissé à l’abandon ! 

(Visited 60 times, 1 visits today)
About author
Avatar

Claire Gozen

Passionnée par l’horreur depuis l’enfance, j’ai vu mon premier film très - trop ?- jeune. Que ce soit au premier ou second degré, mon amour pour "le côté obscur" s’est étendu progressivement aux jeux vidéos (Resident Evil, Silent Hill...), aux atmosphères post-apocalyptiques ou glauques (l'incontournable HP Lovecraft) ou encore aux jeux de plateau (Les demeures de l'épouvante...). Je satisfais mes envies créatrices via la photographie Urbex, le dessin, et - accessoirement - par une dévotion totale à l'écriture d'articles sur votre site de Dark Culture préféré ! Artiste Ouverte sur le monde

Your email address will not be published. Required fields are marked *