0

 

Someday You'll Return

NatureRochers

Someday You’ll Return est une oeuvre vidéo-ludique classée horreur psychologique, développée et édité par CBE Software. Le jeu est sorti le 5 mai 2020 sur PC (Steam et GoG), sur Xbox One et sur Playstation 4. Le studio Tchèque et indépendant avait déjà sorti en 2014 J.U.L.I.A.: Among the Stars, un autre point-and-clic orienté Espace.  Les ébauches de Someday You’ll Return sont directement inspirées de jeux comme Outlast 2, Silent Hill ou encore The Vanishing of Ethan Carter.

Attention, Ce test contient quelques légers spoilers

Le titre évoque les décors des forêts bohémiennes et certains monuments historiques issus du IX e siècle : « Votre personnage est Daniel, le père de Stella, qui est forcé par les événements de retourner à un endroit, il a juré de ne jamais y retourner. Dans la forêt, il rencontrera des personnes particulières qui l’aideront à comprendre la véritable raison pour laquelle Stella continue de s’enfuir. Someday You’ll Return traite des concepts intimes de la paternité, des peurs, des mensonges et du refus d’accepter son passé. Bien que l’histoire contienne de forts éléments d’horreur, ce ne sont pas toujours les monstres les plus évidents qui font le plus peur. »

Ce jeu a été testé gratuitement

Someday You’ll Return, un jeu effrayant, mais pas de la façon attendu.

Someday You’ll  Return n’est pas vraiment un jeu comme les autres. Son scénario est construit, les personnages sont assez riches et l’environnement du jeu très réussi. Mais l’horreur n’est pas vraiment au rendez-vous. Du moins nous n’avons pas vraiment l’impression que le jeu est fait pour nous faire peur. Nous sommes un père de famille partant à la recherche de sa fille qui ne donne plus de signe de vie depuis quel s’est rendu dans les bois. Une ambiance parfois assez étouffante, tant nous avons l’impression que le principal antagoniste de l’histoire est la forêt en elle-même. Parfois repoussante et parfois donnant l’impression d’elle-même nous empêcher d’avancer vers notre objectif. Le jeu se tourne avant tout vers les relations humaines.

Un jeu qui approchera la relation entre un père et sa fille. Entre un père en détresse qui veut retrouver sa fille et qui est prête à renvoyer toutes les fautes sur lui au point de braver tous les dangers sans réfléchir, car la vie de sa fille est plus importante que ce qu’il peut vivre lui-même.  C’est peut-être là que se trouve finalement l’horreur et l’angoisse de ce titre: l’angoisse d’un père, l’horreur de perdre son enfant. Une approche dont ne s’attendrons pas forcément la plupart des joueurs car Someday n’est pas un jeu d’horreur dans le style habituel des studios depuis bien des années. Mais sur le fond, l’idée est bonne, la tentative de nous présenter une nouvelle forme d’horreur psychologique est intéressante. Someday You’ll Return s’en sort non sans mal mais avec les honneurs.

Un gameplay classique…

Le jeu est beau. Oui, c’est un fait. L’environnement dans lequel nous allons évoluer pendant une quinzaine d’heure (qui est la durée de vie moyenne du jeu) est un environnement riche, un bel environnement. Nous avons de suite l’impression certaine que le jeu a été développé avec amour et surtout avec passion. C’est réussi et il est agréable de se promener dans cette forêt qui pour de nombreux lieux que nous croiserons, ont été reproduit à partir de véritable coin de nature. Il est amusant parfois de retrouver des codes QR  dont il nous suffit de scanner avec notre propre téléphone. Le code QR nous apportant sur google map. Une idée novatrice et brillante. Bon, ceci dit, un jeu ce n’est pas que la beauté des graphismes.

Malheureusement, Someday you’ll Return n’échappera pas à certains points négatifs. Certains bugs graphiques dans les décors par exemple. Certaines incursions sonore semblent parfois un peu trop artificielles. Mais dans l’ensemble, la balade est agréable et il nous est parfois permis d’avoir envie de s’attarder sur certains décors plus ou moins agréables à regarder. A contrario, les voix des personnages dans le jeu ne sont pas très réalistes. N’étant pas un expert en Anglais, mais j’ai eu l’impression à plusieurs reprises d’entendre des voix assez fade, sans expression. Nous avons l’impression que Daniel n’a pas vraiment d’émotions. Certainement que la version d’origine, qui est une version Tchèque, est une version de bien meilleure qualité. Une sous-traitance a dû avoir lieue pour la version anglaise du jeu.

Someday You’ll Return, mais parfois surprenant !

D’un autre côté, l’inventaire peut parfois paraître un peu déroutant. Nous ne savons pas où trouver notre bonheur durant la première heure du jeu, tant l’inventaire est spécial. Heureusement, après avoir pris le temps de tout inspecter, on se dit que finalement, ce n’est pas si mal foutu que cela. C’est même plus réaliste que la grande majorité des inventaires que nous pouvons retrouver dans le même style de survival. De toute façon, nous aurons besoin de l’inventaire quoi qu’il arrive, car Daniel est un débrouillard qui aura besoin d’utiliser l’ensemble de son environnement pour avancer dans l’aventure. La fabrication de l’échelle vers le premier tiers du jeu paraît assez complexe, mais il en est rien dès que nous avons pris le coup de main.

Un autre point qui aurait pu être excellent avec un concept plus abouti, mais qui en reste tout de moins assez surprenant, ce sont les outils de fabrication de potion à partir des différentes herbes que nous trouvons dans la nature environnante. Le concept surprend, car cela nous fait comprendre qu’il faudra nous-même être débrouillard et non pas que le personnage que nous dirigeons.

Conclusion : Pour le prix, le jeu est honnête

Il ne faut pas se le cacher Someday’ you’ll Return n’est hélas pas au niveau espéré.  Mais peut-être avons-nous tout simplement attendu un peu trop de la part de ce studio ? Il ne faut pas oublier qu’il s’agit d’un petit studio qui n’a pas les moyens ni l’ambition d’un gros studio.  Finalement, nous avons plutôt pas mal de bonnes surprises au fil de l’aventure. Des idées que nous ne retrouvons pas chez la concurrence ayant pourtant des moyens plus conséquents. Tout cela pour dire que nous pouvons nous rendre compte dès le début de la partie que le jeu a été produit par une équipe passionnée, par une équipe qui a pris plaisir à développer l’univers du jeu et une équipe qui a fait de son mieux pour réaliser un travail tout de même très important.

En regardant objectivement les choses, nous pouvons clairement penser que CBE Software est capable de corriger ces erreurs. Ils pourront produire un titre qui sera à la hauteur de ce qui se fait de mieux dans le domaine. Le studio en a clairement les moyens, la seule chose qu’il lui faut encore, c’est acquérir de l’expérience.

Note : 7/10

(Visited 13 times, 1 visits today)
About author
Avatar

Schatten

Enquêteur et fouineur dans les dossiers non classés, chasseur d'informations à la traque de clichés inédits et insolites ! Anciennement ufologue de terrain et administrateur du groupe et forum spécialisé dans le paranormal et l'ufologie.