0

Observer est un jeu vue à la première personne développée par Bloober Team SA et édité par Aspyr. Sorti le 15 août 2017 sur Steam, Xbox One, Playstation 4 et sur Nintendo Switch, le jeu solo appartient au genre cyberpunk et horreur psychologique. En référence au roman de George Orwell, “1984”, l’histoire du titre se déroule en 2084. Voyagez au cœur de la technologie High tech, jeu réalisé par les créateurs de Layers of Fear et du très prometteur Blair Witch qui sortira le 30 août prochain.

Dans Observer, vous incarnez Daniel Lazarski qui vit dans un taudis, un neuro-enquêteur appartenant à une élite policière dont la mission est de pirater les cerveaux des suspects. En 2084, par une journée comme les autres vous réceptionnent soudainement un message de votre fils avec qui vous avez perdu contact depuis un bon nombre d’années. Par ailleurs ce dernier est désormais ingénieur de la Corporation Chiron, et vous avez décidé de vous rendre à Cracovie dans les bas quartiers afin de mener une investigation. A la chasse de la vérité, vous reconstituez les indices récupérés grâce au piratage des esprits criminels et votre quête neuronale ne fait que commencer.

Observer, le choc électrique

Comme année dernière, l’équipe Bloober a ravie les fans d’horreur du monde entier avec Layers of Fear, un très bon jeu d’horreur à la première personne mettant en scène une histoire et des personnages plutôt troublants, ainsi qu’un décor qui ne peut être décrit que comme le véritable cauchemar. Maintenant, l’équipe est de retour avec un autre jeu d’aventure à la première personne qui aborde certaines des questions de Layers of Fear tout en offrant un cadre et une histoire potentiellement plus intéressants, en fonction des goûts du joueur. Mesdames et Messieurs, préparez-vous à entrer dans le monde tordu d’Observer.

Observer se déroule en Pologne en 2084, à une époque où la méga entreprise Chiron a pris le contrôle de la Pologne à la suite d’un événement catastrophique connu sous le nom de ” Digital Plague ” (peste numérique), qui a coûté la vie à des milliers de personnes. En outre, les survivants de la terrible guerre qui a accompagné la peste numérique ne l’ont pas mieux comprise que ceux qui sont morts, la plupart d’entre eux se sont tournés vers la drogue pour se distraire et s’échapper d’une société où même les pensées sont sous le contrôle du gouvernement et peuvent être utilisées contre eux à tout moment.

Afin de garder le contrôle des citoyens, la société a fondé une unité de police spéciale appelée Observers, à laquelle appartient le personnage principal, Daniel Lazarski. Les observateurs ont la permission de pirater les souvenirs et les peurs de leurs cibles via le Mangeur de Rêves et, éventuellement, de les utiliser pour les arrêter s’ils risquent de menacer quelque peu le nouvel ordre.

Unreal Engine 4 fait transpirer Observer, de style.

En effet, les éclairages au néon, les couloirs étroits et la saleté nous montre exactement ce que nous attendons d’une société à l’avenir proche tombée dans une période difficile. Il est recouvert d’un revêtement artificiel de style Matrix; des codes rampant sur l’écran, les pièces sales se déformant légèrement sous l’effet de phénomènes numériques. C’est un style saisissant qui est purement de Blade Runner et Observer est superbe, malgré son esthétique sinistre.

Dystopie et anticipation sous 1984

1984, écrit en 1949 par George Orwell se déroule à Londres en 1984. Un mode craquelé en trois régimes totalitaires. Winston Smith travaille au département de la vérité où il revoit les histoires pour correspondre à la communication du parti. Malheureusement ce personnage joue double jeu car il dissimule ses secrets au parti. Big Brother surveille tout ce qu’il y a de suspect. Cependant, le coup de foudre avec Julia le pousse à enfreindre les règles du parti. Hélas le parti parvient à les retrouver : ils sont arrêtés, torturés et conditionnés.

Orwell a écrit cet ouvrage car, visionnaire dans cette contre utopie, il met en avant une société totalitaire absolue. Fortement communautariste, celle-ci un hommage à un monde moderne qui pourrait exister.  De prime à bord destinés aux lecteurs de l’ouest, le roman a eu un tel succès qu’il a été publié dans le monde entier. N’oublie pas qua Big Brother s’immisce partout dans le roman, Dans chaque habitat afin de fusionner sphère publique et privée. Orwell ne fait que prévenir sur les dangers des régimes totalitaires.  Les individus dans son récit dépeint un contrôle strict du physique des humains qui ont le droit à aune liberté.

Un cyberpunk horrifique

Par ailleurs, Observer s’inspire de l’utilisation du mode détective Batman: Arkham. La plupart du temps, Lazarski se promène dans un immeuble géant. C’est affreusement grand; un réseau de tunnels, des salles exiguës et des scènes de meurtre macabres. Il a reçu un message de son fils qu’il n’avait pas vu depuis des années, en le localisant jusqu’à un appartement où tout n’est pas ce qu’il semble. Peu de temps après, un bloc de construction est mis en place dans l’immeuble, laissant Lazarski à l’écart, rencontrant de nombreux habitants tout en découvrant un nombre affreux de cadavres.

La plupart du temps, vous êtes seul, une grande partie de la narration d’observateur se déroule sur des systèmes d’interphone, les résidents refusant de quitter leur chambre et de parler à un observateur face à face. Ils ajoutent tous une quantité surprenante d’immersion à l’environnement d’observateur, donnant l’impression d’un environnement habité alors qu’il s’effondrait déjà autour de vous. Ils essaient tous de gagner leur vie dans cette misère, y compris des familles terrifiées, des drogués et des solitaires.

Enfin, même en l’absence de séquences de piratage, Observer est très beau, avec des environnements, des modèles de personnages et des objets bien détaillés. Le jeu n’est certainement pas le meilleur jeu de l’année, mais les graphismes font le travail, en particulier lorsque ce qu’ils sont joués sur un PC avec des réglages maximaux. De plus, comme pour le reste de la présentation, Observer propose des menus de jeu minimalistes permettant de faire le travail. La bande son est également appropriée, et le doublage est de très bonne qualité.

Conclusion branchée

Pour conclure, Observer est un jeu extrêmement agréable comportant un cadre très intéressant, des personnages mémorables et de bonnes séquences d’horreur psychologique que les amateurs du genre apprécieront sûrement. En effet, le jeu d’aventure à la première personne est très intéressant et met en scène des personnages et des décors bien conçus, ainsi que des transitions caractéristiques de l’équipe, qui réussissent à tout faire avancer malgré un gameplay légèrement répétitif au fil du temps. Finalement, même si les éléments individuels ne sont peut-être pas particulièrement originaux, la somme des éléments le compense largement, faisant d’Observer un bon achat pour les fans d’horreur psychologique et de décors dystopiques.

9.5

Author's rating

Overall rating

Design
9.0
Features
8.0
Performance
8.0
Value
9.0
Overall rating
9.5
The good
  • Cadre et personnages très intéressants
  • Superbes séquences de piratage
  • Éléments d'investigation Un monde impressionnant et hyper détaillé
  • Excellent rythme
The bad
  • Problèmes de performance mineurs
  • L'expérience devient légèrement répétitive au cours du jeu

 

 

(Visited 32 times, 1 visits today)
About author
Avatar

Zephyr

Zephyr. Tel était le nom du moine PCiste. Agile du clavier comme de la manette, il passe son temps à errer dans un vaste et somptueux univers : "video games".

Your email address will not be published. Required fields are marked *