0

House Party

House Party a été développé et édité par Eek! Games dont le projet a débuté en 2015 pour sortir sur PC  le 30 juin 2017 (Steam). Jeu de type aventure 3D pour adulte uniquement, le concept est de finir au lit avec un des quatre personnages féminins. Il existe en effet plusieurs scénarios possibles à l’issue de l’histoire principale.

Vous êtes invités à une « soirée à la maison » ! Venez-vous joindre à l’aventure et déverrouillez un monde de personnages haut en couleurs, de scénarios dynamiques et d’amis extraordinaires qui n’attendent que de vous rencontrer. Tentez votre chance en faisant des choix judicieux, mais surtout, prenez garde à Frank ! C’est votre soirée ! De nouvelles opportunités ou de gros risques pourraient survenir avec tous les choix que vous ferez. Peut-être serez-vous un bon samaritain en aidant les autres convives à résoudre leurs problèmes, ou peut-être serez-vous un fauteur de troubles en ajoutant de l’huile sur le feu ? Le choix vous appartient : être un ange ou un démon ! Entrez… La soirée a déjà commencé ! (Source Steam)

House Party, la polémique de 2017

House PartyLe jeu à sa sortie ne disposait pas de version censurée : une multitude de plaintes ont été déposées par des joueurs fortement mécontents du côté pornographique et misogyne  du titre au moment de sa sortie. C’est une véritable polémique qui s’est alors engagée pour le studio de Eek! Games puisque Valve a décidé de retirer le jeu de la plateforme. Le géant a informé le studio de la suppression de House Party sur les réseaux de Steam et le Eek!Games s’est contenté de répondre :

«  Ils n’ont rien spécifié de particulier ni défini ce qu’ils considèrent comme pornographique. Je leur ai expliqué que je ne considère pas le jeu comme pornographique puisqu’il n’a pas pour but de titiller, mais d’être humoristique et décalé. La grande majorité du jeu repose sur la résolution de puzzles et des dialogues drôles  ».

Dans un article publié le 31 juillet 2017, Numerama met en exergue les aspects illimités du jeu avec la grande question où commence la pornographie ? Peut-on vraiment rire de tout ? Le Viol est selon eux, une partie prise, si on lui enlève son aspect salement humoristique.  Le créateur du jeu s’est d’ailleurs exprimé sur cette sanction :  « Je ne suis pas d’accord avec la décision de Steam, mais je la respecte ». Finalement le studio a tout de même pris la taureau par les cornes, et a proposé de ce fait, un contenu censuré pour les actes sexuels en offrant la possibilité au joueur de choisir si oui ou non, il souhaite voir sa partie censurée. « Le jeu est pensé pour être fun, et je le vois comme une aventure comique. Le nombre de scènes avec du sexe et de la nudité est très faible. Malheureusement, parce que j’ai choisi d’écrire un jeu sur le sexe, certains groupes de gens ont tiré la sonnette d’alarme. ».

Alcool, Sexe et n’importe quoi : comme aux USA

House PartyFaire la fête c’est très cool mais partir dans un bain d’orgie et le bizutage de début d’année, ça l’est déjà moins. Les conséquences de telles soirées sont malheureusement bien connues, de grossesses indésirables, aux jeunes qui attrapent des MST graves comme le Sida, ou encore des overdoses dues aux drogues ingurgitées.  Peut-on rire de cela, comme indiquée dans la conclusion, Non. L’amusement est en effet un point mais avec l’abus de stupéfiants chez les jeunes on en arrive à un autre point qui dérange : pour cause le sujet des bizutages dans le jeu passe par le chantage, par exemple voler le téléphone d’une femme qui contient des photos d’elle nue pour la faire chanter.

Concernant les quêtes, sachez que pour approcher un être féminin et lui parler, vous devrez réaliser différentes tâches tantôt simple et tantôt complexes afin d’augmenter différentes jauges. La première est celle tout comme dans Sims 4, la jauge d’amitié qui vous indique si la personne vous apprécie ou non.  La jauge désir qui vous indique si la personne a envie de vous et enfin la jauge alcoolémie qui vous montre si la personne est sobre ou non. Pour augmenter celles ci, il vous faudra réaliser les quêtes, parler continuellement avec les personnes en choisissant les bonnes réponses. Mais attention ceci est assez instable. Le niveau de difficulté se situe ici, car certaines quêtes baissent ces jauges, elles représentent les risques à prendre pour aller plus loin dans le jeu et dans les relations.

Session Bug graphiques

House PartyHélas il est à noter les nombreux bugs d’affichage présents de manière continuelle. Ils peuvent ainsi intervenir pendant votre partie ou lors de l’exploration d’inventaire. Ce jeu s’inspire également des titres d’aventure des années 80 et 90, avec une vieille version de point & clic digne d’un opus des années 2000, on ne peut hisser vers le haut House Party qui fait tout pour se niveler vers le bas.

L’interface est très sommaire, l’inventaire vous propose des objets affichés en grande taille avec la possibilité uniquement de les utiliser. La qualité des décors est également un aspect qui blesse. On se retrouve enfermé dans une maison avec pour seule opportunité extérieure de grimper à la gouttière. Ce que vous ne ferez pas bien naturellement. Votre personnage est une quiche !

Parmi les bugs les plus fréquents on va aussi retrouver des personnages coincés dans les décors, des personnages disproportionnés ou complètement tordus. Sans oublier la durée de vie du jeu relativement courte. Sachez qu’en huit heures, vous aurez fait le tour des quêtes essentielles permettant d’accéder aux diverses scènes de sexes finales.

 

Conclusion

Un jeu exclusivement pour adultes, en conséquence à ne pas mettre entre toutes les mains. Disponible depuis le 30 juin 2017 sur Steam, il demeure toujours en accès anticipé. De prime à bord, le jeu n’était disponible qu’en version anglaise et chinoise. Mais depuis peu ce dernier est maintenant en français. Un fait par conséquent tout à fait appréciable d’autant que les dialogues peuvent être longs et qu’on n’a pas nécessairement envie de tout traduire.

En  résumé, House party se veut être un point & clic dans la lignée de Leisure Suit Larry. La maniabilité reste tout à fait correcte à partir du moment où vous n’avez pas ces bugs d’affichage constamment qui vont vous pourrir la partie et le plaisir du jeu. Le but du jeu étant bien naturellement de finir au lit avec l’une des femmes de la soirée. Pour y arriver c’est coup bas sur coup bas et c’est ce concept qui blesse. En effet, la presse ne cesse de parler de ce type de soirées étudiantes aux États Unis. Celles qui se terminent en orgie générale sous l’influence de stupéfiants. Un fait dramatique mais bien réel qui est repris dans le jeu sous forme de pornographie et d’humour. Mais peut-on rire des conséquences de tels évènements ? Non cela va de soit. 

Pour aller plus loin, ce simple jeu de drague et séduction intéressera peut être spécifique. Et plus précisément un public “teenagers” en mal de relation sociale/sexe ou n’ayant jamais eu de relation. House Party n’est certainement pas le meilleur des exemples à prendre en compte ! Présent entre autre, des dialogues et des actions clairement misogynes. De plus, la femme ici est constamment rabaissée. Ce sont là certainement tous les ingrédients que l’on retrouve hélas dans les films pornographiques.

Malgré tout un effort sur la diversité des trois scénarios est proposé. De plus, il y a même six issues possibles! Mais on peut constater une certaine redondance des dialogues et quêtes. Sans oublier une vacuité scénaristique qui se contente d’exposer un humour décalé et kitch. Et passons enfin sur des mise en scènes peu originales car pas vraiment recherchées. En conclusion, les graphismes du jeu ne sont pas trop mal, les parties intimes sont bien modélisées, mais les visages et cheveux atteignent leurs limites car très polygones.

4.0

Author's rating

Overall rating

Gameplay
4.0
Graphismes
3.0
Scéanarios
5.0
VF
5.0
État Global
4.0
The good
  • Version Française appréciée (dans le menu)
  • Temps de chargement court
  • Détails intimes corporels détaillés
  • Casting féminin varié
  • Sauvegardes instantanées
  • Point & Clic correct
The bad
  • Durée de vie relativement courte
  • Scénarios secondaires nihilistes
  • Graphismes largement dépassés
  • Jeu bugué (affichage inventaire, personnages coincés dans des décors etc.)
  • Jeu raté scénaristiquement : Rappel les Sims
  • Pas de mode pause réel
(Visited 134 times, 1 visits today)
About author
Avatar

Claire Gozen

Passionnée par l’horreur depuis l’enfance, j’ai vu mon premier film très - trop ?- jeune. Que ce soit au premier ou second degré, mon amour pour "le côté obscur" s’est étendu progressivement aux jeux vidéos (Resident Evil, Silent Hill...), aux atmosphères post-apocalyptiques ou glauques (l'incontournable HP Lovecraft) ou encore aux jeux de plateau (Les demeures de l'épouvante...). Je satisfais mes envies créatrices via la photographie Urbex, le dessin, et - accessoirement - par une dévotion totale à l'écriture d'articles sur votre site de Dark Culture préféré ! Artiste Ouverte sur le monde

Your email address will not be published. Required fields are marked *