0

pierre de DashkaS’agit-il d’une coïncidence naturelle ou bien d’une carte sculptée par des êtres humains ? La pierre de Dashka retrace les lignes des montagnes de l’Oural près de la ville de  Bachkorostan. Ce lieu citadin est un sujet de la Fédération de Russie, situé entre la Volga et les Monts Oural dans l’est de la Russie européenne. Entre menée géo-politiquement, la pierre est actuellement conservée on ne sait où, et c’est bien là le problème !

« Prouve-t-elle qu’il existait une civilisation ancienne avancée dans les montagnes de l’Oural il y a des milliers d’années ? Selon une équipe de scientifiques de l’Université d’État de Bachkir, c’est exactement ce qu’ils ont trouvé. Des recherches et des tests récents sur la grande dalle de pierre ont prouvé qu’il s’agit bien d’une ancienne carte de la région datant de plusieurs milliers d’années. » (traduit de l’anglais)

Pierre de Dashka, Des mensurations incommensurables 

Ce même site web sans aucune source sur la la pierre de Dashka : »La roche a été datée d’environ 120 millions d’années. (une paire de coquilles anciennes enfermées dans la dalle l’a confirmé) La dalle mesure 1,5 mètre de haut, 1,5 mètre de large et 6 pouces d’épaisseur. Elle pèse environ un peu plus d’une tonne.
La dalle est composée de trois couches qui, selon la plupart des scientifiques, n’existeraient pas à l’état naturel. Les trois couches sont de la céramique dolomitique, du verre diopside et ensuite une fine couche de porcelaine.

La surface de la dalle est recouverte d’une carte en 3D d’une partie des montagnes de l’Oural. La dalle ne présente aucun signe d’utilisation d’un outil, ce qui signifie qu’elle a été sculptée à la main, mais on ne peut pas dater l’époque à laquelle la sculpture a été effectuée.
Les détails de la dalle comprennent : les rivières, les montagnes, les lignes de faille et autres topographies naturelles des montagnes de l’Oural. On y voit également 12 énormes barrages artificiels, des milliers de kilomètres de canaux d’irrigation et divers autres projets environnementaux. »

Pierre du créateur, aucune source officielle !

Et poursuit sans aucun état d’âme : « Chacun des projets environnementaux est accompagné de symboles qui, à l’origine, étaient censés être chinois, mais qui sont maintenant considérés comme une nouvelle forme de hiéroglyphes qui n’ont pas été traduits. Le détail de la carte n’a pu être acquis que depuis le ciel ou l’espace.
En plus de ces résultats, la NASA et l’Agence spatiale russe ont confirmé que ce que la carte montre est essentiellement l’aspect de la région vue d’en haut dans les airs ou de l’espace. Les scientifiques de l’équipe sont également assez certains que la dalle n’est qu’un morceau d’une carte du monde complète, et qu’il manque peut-être 20 autres dalles. Les légendes locales de la région parlent de grandes dalles sur lesquelles on trouve des écritures étranges, il est donc certainement possible que l’on en trouve d’autres à l’avenir. »

Par ailleurs d’autres sites web qui ont moins de dix ans de créations se sont tout bêtement contentés de partager ou de stupidement copier coller le contenu précis du site web ci dessous : un parmi d’autres. Or selon les études les plus récentes, il a été prouvé que cette pierre n’aurait pas plus de 3000 ans d’une part et fausse vraisemblablement d’autre part :

« Le centre en question ne semble pas exister (aucun Centre of Historical Cartography dans le Wisconsin). On peut penser qu’il s’agit d’une mauvaise traduction, car il existe un History of cartography project (projet d’Histoire de la cartographie) au sein du département de géographie de l’Université du Wisconsin à Madison. Néanmoins, aucune mention de la pierre ou d’Alexandre Chuvyrov n’y est faite. »

(Visited 113 times, 1 visits today)
About author
Avatar

Claire Gozen

Passionnée par l’horreur depuis l’enfance, j’ai vu mon premier film très - trop ?- jeune. Que ce soit au premier ou second degré, mon amour pour "le côté obscur" s’est étendu progressivement aux jeux vidéos (Resident Evil, Silent Hill...), aux atmosphères post-apocalyptiques ou glauques (l'incontournable HP Lovecraft) ou encore aux jeux de plateau (Les demeures de l'épouvante...). Je satisfais mes envies créatrices via la photographie Urbex, le dessin, et - accessoirement - par une dévotion totale à l'écriture d'articles sur votre site de Dark Culture préféré ! Artiste Ouverte sur le monde