0

« King’s Game » est un manga de 2011-2012 de Nobuaki Kanazawa et aux dessins de Hitori Renda et Renji Kuriyama, publié chez Ki-oon. Basé sur son propre roman, il a la particularité d’avoir été écrit pour les téléphones portables. Suite à son succès, le seinen de 5 tomes a eu droit à deux suites « King’s Game Extreme » et « King’s Game Spiral ». Mais aussi un préquelle du nom de « King’s Game Origin », tous du même auteur.

King’s Game, le jeu du roi

Le premier opus ne comporte que 5 tomes, trop peu pour que l’on s’attache réellement aux protagonistes. Contrairement à la trilogie Doubt/Judge/Secret, on est bien moins intégré et concerné, alors que les cadavres se multiplient. Ce n’est pas tant une question de rythme, celle-ci en effet convient assez bien à la coupure des évènements. Simplement, on suit uniquement le « héro » (plutôt personnage principale), alors qu’il aurait fallu, pour plus d’impact, subir les évènements du point de vue de plusieurs personnes. Ces derniers mourant de surcroît assez rapidement, l’impact n’a que très peu d’effet… Sauf à la limite au niveau des graphismes, assez gores et détaillés. La suite ne fait pas forcément mieux, « KG’s Extreme » compte 5 tomes aussi, 4 pour le « KG’s Spirale » et 6 pour le préquelle. Un scénario qui mériterait tout de même un développement un poil plus poussé…

Survival Game

Les survivals games sont généralement basés sur un scénario type, façon arène. Le, ou les, protagoniste(s), doivent survivre en s’éliminant entre eux. Le dernier survivant est alors le grand vainqueur, qui n’a en récompense finalement que le droit de vivre. Une autre déclinaison reste tout aussi répandu, celles de combats contres des zombies/robots/ tout ce qui pourraient ne pas être humain. Un seul vainqueur n’est pas une obligation au genre, mais les morts doivent concerner la majorité des personnages. Le petit plus, généralement, concerne la profondeur des personnages et les liens tissés entre eux. « Battle Royal » (roman de base et manga), une référence du genre, emplois de nombreux flashback, notamment juste avant ou après certaines scènes critiques. Bien apportées, ces dernières permettent de faire connaître une émotion avec un acte critique.

Le gros soucis ici n’est autre que l’absence d’émotion. A l’instar des saga cinématographique « Saw », on a l’impression que tout se fait pour choquer, sans aller forcément au-delà. Pourtant il y aurait matière à réfléchir, voir à faire peur ! Outre le développement des personnages, qui pourrait intensifier la réalité du dispositif King’s Game, toute une réflexion pourrait se créer.

Une originalité bâclée

Les mots sont durs, pourtant, ils sont totalement mérités. Si ce n’est, comme dit précédemment, les graphiques, le scénario des opus mériteraient un ralentissement narratif. Ne serait-ce que pour le développement des personnages et accentuer la profondeur de l’horreur des évènements. Sans vous spoiler la fin, le « King’s Game » premier du nom pourrait se suffire à lui-même car il se termine sur l’explication des évènements !

Petite « news » à savoir, il existe les romans, en 5 volumes de « King’s Game », toujours du même auteur, publié de 2014 à 2016.  Ces derniers s’achèvent sur « King’s Game Apocalypse ». Je n’ai pas eu l’occasion de le découvrir, néanmoins je vous conseillerai de vous pencher dessus. D’autant plus si les manga vous ont plu. En effet, avec plusieurs centaines de pages chacun, je pense que les vraies qualités de cette œuvre en ressorte grandi, tout en perdant les défauts du manga, c’est à dire la rapidité des évènements.

Si vous ne connaissez pas encore cette saga, en guise de synopsis, je vous laisse découvrir les règles du jeu !

  1. Toute la classe est obligée de participer.
  2. Les ordres du Roi doivent être exécutés sous 24 heures.
  3. Ceux qui n’obéiront pas aux consignes auront un gage.
  4. Il est absolument impossible de quitter le jeu en pleine partie.

 

(Visited 18 times, 1 visits today)
About author
Avatar

Malya

Maman de deux enfants, passionnée par le Japon et sa culture. Je travaille aussi au Manga Café Kyo'Hon (qui se trouve à Béziers), d'où mes articles sur le sujet!