0

incident du lac Falcon

L’ incident du lac Falcon est le récit fait par le mécanicien canadien Stephen Michalak. Il s’agirait de sa rencontre avec un objet volant non identifié, le 19 mai 1967. Les évènements ont eu lieu aux abords du lac Falcon, dans le Manitoba (Canada).

L’incident

Ce jour-là, Stephen Michalak, mécanicien de profession, décida de passer le week-end dans le parc Whiteshell. Là-bas, il s’adonnait à son hobby : la géologie. Après une nuit dans un motel de la route Transcanadienne, Stephen partit en direction du lac Falcon vers 5h30. Vers 12h15,en pleine activité, Stephen aperçut des oies sauvages en train de fuir quelque chose. Puis il remarqua deux objets gris métalliques de forme discoïdale. Stephen a dit que ces objets ressemblaient à « de grosses cigarettes avec une bosse au milieu ». Ainsi débuta ce que l’on appelera plus tard “l’incident du lac Falcon”.

L’un des deux objets vint se poser près de Stephen. L’autre prit de l’altitude et disparut derrière la frondaison des arbres. Reportant son attention sur l’objet posé au sol, le témoin remarqua une odeur de soufre ainsi qu’un léger sifflement. Après quelques minutes d’observation, une trappe s’ouvrit dans l’objet. Stephen perçut des sons qu’il assimila à des voix qui provenaient de l’ovni. Selon lui, ce son ressemblait à un « giri-giri-giri » que pousse un chat en danger. Pensant qu’il pouvait s’agir d’un appareil expérimental militaire, le témoin essaya d’appeler en anglais, en russe, puis en polonais ainsi qu’en allemand mais sans réponse.

La rencontre

Revenu de sa surprise, Stephen s’approcha de l’objet et inspecta la trappe ouverte : il ne vit que d’étranges motifs lumineux se déplaçant dans une totale obscurité. La lumière était si intense qu’il rabaissa la visière de ses lunettes de protection. Brusquement, la trappe fut obturée par trois panneaux coulissants et Stephen reporta son attention sur l’objet en passant sa main dessus. Le contact lui évoqua celui du « verre dépoli ». Soudain, la toile des gants que portait le témoin se mit à fondre, l’obligeant à rapidement retirer sa main.

Immédiatement, l’objet tourna sur lui-même, et Stephen se retrouva face à une grille d’une trentaine de centimètres de large percée de trous. Un souffle chaud s’échappa des trous, embrasant la chemise et le maillot de corps du témoin. Pris de panique, Stephen arracha ses vêtements en feu et les jeta au sol tout en apercevant l’ovni s’envoler et disparaître derrière les arbres.

incident du lac Falcon

Les conséquences

Complètement choqué, Stephen observa les environs et vit que la zone d’atterrissage avait manifestement subi un fort souffle d’air. Au bout de quelques minutes, Stephen se senti très mal. Vomissements et migraines, il décida alors de retourner au motel. Selon un médecin, il voyait “des taches danser devant ses yeux”. Souffrant de violents vomissements, le témoin regagna péniblement le motel à pied, 9 heures après la rencontre avec l’ovni, après qu’un membre de la police montée lui eut refusé son aide, pensant que Stephen Michalak était ivre. Il arriva au motel vers 16h00 et demanda immédiatement au bar de l’hôtel où il pouvait consulter un médecin. On lui répondit que le premier cabinet se trouvait à plus de 75 km. Préférant retourner chez lui à Winnipeg, Stephen appela sa femme pour la prévenir qu’il venait d’avoir un accident et attendit le bus de 20h45.

Son fils, Stan, vint l’accueillir à Winnipeg vers 22h15 et l’emmena immédiatement voir un médecin. Le médecin de l’hôpital de Misericordia qui l’examina remarqua immédiatement les brûlures de forme carrée dont le torse et le ventre de Stephen était recouverts. De plus, les vomissements et les migraines ne arrêtaient pas. Deux jours plus tard, craignant une irradiation, son médecin généraliste l’envoya consulter le Département de médecine nucléaire de l’hôpital, mais le spécialiste ne trouva aucune trace d’irradiation et diagnostiqua une simple brûlure thermique.

Plus tard

Stephen Michalak affirma avoir perdu une dizaine de kg dans la semaine qui suivit son étrange rencontre. Plusieurs enquêteurs officiels interrogèrent le témoin et retournèrent sur les lieux de l’observation : ils y découvrirent les restes carbonisés des vêtements de Stephen ainsi que plusieurs pièces métalliques non identifiées. Des traces de radiations extrêmement importantes furent détectées à certains endroits de la zone. De plus les pièces métalliques furent identifiées comme de l’argent quasi-pur (98 %). Ces objets se trouvaient recouverts d’un enduit noir.

incident du lac Falcon

Stephen Michalak sentait le soufre et l’ozone depuis cet incident, ni les bains ni les douches ne pouvaient le masquer.

Le 10 décembre 1993, l’émission Mystères diffusée sur TF1 a fait un reportage sur cette affaire. Ils ont interrogé Stephen Michalak lui-même ainsi que son fils et plusieurs médecins.

Stephen Michalak est décédé en octobre 1999.

Arguments sceptiques :

  • Aucun témoignage ne vint corroborer le témoignage de Stephen… Et ce malgré la présence de nombreuses tours de garde anti-incendie dans le parc Whiteshell.
  • Les enquêteurs n’expliquent pas pourquoi le site présentait des taux de radiation très importants. Alors que le témoin, ainsi que les restes de ses vêtements n’en présentaient aucune trace!
  • Les enquêteurs émirent l’hypothèse que Stephen avait pu s’infliger lui-même les brûlures une grille de barbecue. Il aurait ensuite rendu le site radioactif en répandant du radium.

Arguments ufologiques :

  • Plusieurs médecins attestèrent de la réalité des brûlures dont souffrait Stephen après son étrange observation.
  • Stephen Michalak était un homme calme et honorablement connu de son entourage. Il n’a tiré aucun profit de cette histoire. On peut donc s’interroger sur les raisons qui auraient pu le pousser à inventer toute cette affaire.
(Visited 27 times, 1 visits today)
About author
Avatar

Schatten

Enquêteur et fouineur dans les dossiers non classés, chasseur d'informations à la traque de clichés inédits et insolites ! Anciennement ufologue de terrain et administrateur du groupe et forum spécialisé dans le paranormal et l'ufologie.

Your email address will not be published. Required fields are marked *