0

DragonBall Super (DBS), 3ème (ou 2ème =p) suites du cultissime DragonBall. Le manga d’Akira Toriyama, publié pour la première fois en 1984, est en effet un titre connu de tous. Au-delà du succès japonais, premier record des ventes, avant l’arrivée de One Piece, ce manga est une référence pour beaucoup. En France, la saga fait aussi partie des repères de toute une génération, notamment grâce à l’émission du Club Dorothée. Toutefois un amalgame reste très fort, principalement en France, entre DragonBall et DragonBall Z.

DragonBall Super Broly sort en avant première dans toute la France le jeudi 24 janvier. Une occasion à ne pas rater, surtout pour les fans, car la sortie sera ensuite prévue pour le mois de mars ! L’occasion pour nous de faire un petit récapitulatif sur la saga culte.

DragonBall est à la base une histoire d’aventures. Celle d’un petit garçon, Goku, possédant une étrange queue de singe et qui vit seul dans la forêt. Son grand-père, mort récemment, l’a éduqué d’une façon bien spéciale. En effet, Goku ne sait rien de la vie (pas même la différence homme-femme), mais il est un habile combattant. Après sa rencontre avec Bulma, il décide de l’aider. Non pas parce que c’est un gentil héros (=p) mais parce qu’il souhaite conserver la boule de cristal 4. (Il l’a hérité de son grand-père, c’est aussi pour cela qu’il l’accroche au bonnet de Gohan plus tard). La deuxième raison est toute simple : il désire continuer à s’entraîner et donc, affronter des personnes plus fortes que lui !

Ainsi débute la quête des sept boules de cristal…

 

DragonBall au commencement

DragonBall, Dossier, Goku1984, un jeune trentenaire décide de se lancer sur une nouvelle série, malgré ses récents succès. Inspiré par le roman « Les Pérégrinations Vers l’Ouest », lui-même hérité de la légende du roi singe, né « DragonBall ». C’est un succès. Plus que ne le voudrait Akira Toriyama, dont l’imagination ne cesse de le porter vers de nouveaux horizons. Lassé de narrer les histoires d’un jeune enfant, Goku grandi subitement. L’homme pense ensuite clôturer définitivement la saga mais, prisonnier de son succès, il faudra relancer le tout, avec un nouveau petit garçon : Gohan. Pour les non-initiés, DragonBall et DragonBall Z ne sont d’ailleurs qu’une distinction de l’anime, le « Z » n’était pas dans la première édition du manga (idem pour la version française !!)
PS: Il existe la même confusion pour le manga de Naruto, dont l’anime est découpé en deux parties : Naruto et Naruto Shippuden.

Pour le fun fact, savez-vous combien il existe de versions françaises du manga? On frôle la dizaine ! Entre des premiers éditions, des lights, des intégrales, des « perfects »,Hachette Collections,… On parle bien évidemment des premiers DragonBall, qui furent ensuite réédités pour marquer le « Z ». Un petit site qui date (2009) mais qui reste très intéressant, notamment pour ses comparaisons qualité/prix ici.

Pour les intéressés, voici un court documentaire de la chaîne Paul Vous Raconte, au sujet du mangaka.

DragonBall à travers le temps

DragonBall, Dossier, GokuVient très rapidement l’anime. Puis le temps passe… Arrive ensuite le très (TRÈS) controversé DragonBall GT, qui d’ailleurs n’existe pas en format papier. L’œuvre de 1996 est même reniée par Akira Toriyama au début. En 2009 sortent les DragonBall Kai, qui ne sont qu’une version de la partie dite « Z », sans les censures et bien plus fidèles à sa version papier. Akira Toriyama espère et continue de faire autre chose, mais chaque nouveau jeu, chaque nouveau film, tout le ramène à cet opus. Il faut dire que, malgré les années et malgré les ratés diverses, la popularité ne décroît pas…

Enfin, en 2015 sort DragonBall Super. C’est, pour les fans, l’ascenseur émotionnel. Entre bonnes nouvelles (le Grand Toriyama va mettre la main à la patte) et déception (c’est quoi ces graphismes?!). DragonBall Super (DBS) fait couler de l’encre. Mais voilà, bon gré mal gré, les choses s’améliorent, les épisodes sont de plus en plus attendus. Les ventes de goodies, de jeu, tout est au beau fixe.

Entre l’évolution technologique des consoles vidéos, la licence vend du rêve. Xenoverse, puis DragonBall FighterZ qui profite de l’élan des DBS. La commercialisation semble prendre un nouveau tournant. Il faut dire que DragonBall sait attirer et conserver toutes les générations dans son public. Les fans de la première heure aiment plaisanter sur la future couleur de cheveux de Goku. Mais quant apparaît l’Ultra Instinct leurs yeux s’illuminent comme lors de la toute première transformation du Héros. Quant aux plus jeunes, certains ont déjà connu les DB Kai, et donc une bonne qualité de l’anime et ne peuvent que reprendre tranquillement. Les derniers fans en datent, eux, ont souvent été bercés par les jeux vidéos avant, ou par d’autres anime basés sur les combats. Tous s’y  retrouvent, autant dans les critiques que les compliments.

DragonBall, un succès commercial

DragonBall, Dossier, GokuAvec DragonBall Super, il n’en faut pas plus pour créer une renaissance de la licence sans avoir à ressortir les vieilles réussites. On passe chronologiquement avant les GT, parfait. Ceux-ci deviennent une suite alternative, c’est arrangeant. On garde le bon et laisse le mauvais, afin de préserver les fans. De là, nouveau départ pour Goku et ses amis. Super DragonBall Heroes**, premier témoin de ce changement. DragonBall n’est plus tout seul, désormais, le Super est partout. La différence peut paraître moindre, mais le « S » y est. Pour le nouveau film, il en sera de même : DragonBall Super Broly.

Broly est un personnage légendaire, un « vieux » qui n’a cessé d’être réclamé par le public. C’est là que l’on peut constater le poids du marketing dans l’œuvre du grand Toriyama. Désormais, DragonBall a franchi une étape cruciale dans son développement. Plus besoin de servir réédition, nouveaux petits films, jeux vidéos avec les mêmes personnages. La machine s’est remise en route mais n’a, heureusement, pas oublié ses premiers fans. Puis, un film mêlant guerrier légendaire et forme de combat divine… Quoi de mieux que ce pied de nez pour vendre encore plus de rêves? (et de goodies!) =p

**PS: Super DragonBall Heroes est un anime qui se place juste après la série des DBS. Cette dernière est un dérivé qui n’existe pas en format papier. De plus, elle est basée sur le jeu vidéo du même nom : Super DrgaonBall Heroes Universe Mission.

Pour finir en beauté, voici un trailer (3 disponible) du film !!

 

(Visited 9 times, 1 visits today)
About author
Avatar

Malya

Maman de deux enfants, passionnée par le Japon et sa culture. Je travaille aussi au Manga Café Kyo'Hon (qui se trouve à Béziers), d'où mes articles sur le sujet!