0

Village

Resident Evil VIII Village est-il la suite logique de la saga Biohazard ? Et également la suite directe de Resident Evil VII ? Le personnage complètement largué et paumé dans l’opus numéro 7, à savoir Ethan Winters, justifie-t-il de massacrer une saga à coups de tronçonneuses digne de Letherface ? Le titre prévu en 2021 sur PC (Steam), Les Next-gen Xbox Series et sur PS5 n’est pas à l’abri d’un autre échec après celui du remake de Resident Evil 3.  Se reposer sur ses lauriers n’est pas vraiment un argument à convaincre la communauté des fans. Capcom a peut-être franchi le PNR – le point de non-retour- niveau créativité. 

Reisdent Evil Village reprend les événements après la fin de Resident Evil VII : « Quelques années après les événements effroyables de Resident Evil 7 biohazard, le jeu encensé par la critique, Ethan Winters et son épouse Mia coule des jours heureux dans un petit village, loin de leurs anciens cauchemars, loin de se douter que la tragédie guette à nouveau. » Un titre qui valait peut-être son pesant d’or mais qui n’aurait jamais vu le jour sans que Hideo Kojima ne les ai mis sur la piste du trésor avec son fameux Silent Hills avorté en 2014.  En effet, Kojima a su voir l’avenir du jeu horrifique psychologique à travers les yeux des développeurs indépendants : le FPS ou vue subjective.

Après le succès évident du remake de Resident Evil 2, l’éditeur/développeur Triple A se dresse tel Prométhée qui déroba le feu aux dieux ludiques afin d’offrir cette connaissance aux joueurs ! Savez-vous comment a fini Prométhée ? Il fut condamné par les dieux à se faire dévorer le foie éternellement.

 

Resident Evil VII à Resident Evil VIII : Qui est Ethan Winters ?

VillageEthan Winters est le tout nouveau personnage qui existe depuis Resident Evil VII. Par ailleurs, poursuivi par la famille Baker qui a toutes les allures de la famille de dégenrés dans le film de 1974 « Massacre à la tronçonneuse« , il ne possède pas d’instinct de survie particulier hormis sa capacité à se régénérer vite. Avec un profond côté maladroit qui casse carrément tout charisme par rapport aux autres protagonistes de la grande saga Biohazard, Ethan est incroyablement lent pour abattre ses poursuivants.

Donc même si ce personnage sait utiliser une arme de poing, il est tout simplement la risée de tous les héros du genre Resident Evil. L’absence d’Umbrella Corporation qui s’est faite remarquée depuis le septième opus, ne sera pas davantage présente dans le huitième.

D’une certaine manière, on peut déduire que Capcom a voulu ajouter l’ingrédient « pression » de l’horreur psychologique. Entre autre par le biais d’un personnage simpliste, qui passe en partie son temps à se cacher ou à fuir. Un gros bémol donc pour les accros de la gâchette.

Enfin pour en revenir au premier opus sorti sur Playstation à l’époque, le nom Biohazard (Risque biologique) est un titre qui correspond en tout point à toutes les opus du premier jusqu’au six. En effet, ces derniers abordent tous la thématique du virus zombie. Petit détail si vous vous souvenez bien, Capcom a dû modifier le nom en « Resident Evil » aux Etats-Unis puisque Biohazard était déjà possédé par un groupe de rock.

Depuis Resident Evil VII : On patauge dans le Hors sujet

RE 7Cet opus, bien noté sur la plupart des sites web, n’a rien à voir avec le nom « Biohazard ». On peut donc dire que le hors sujet avait commencé dès 2017. Finalement l’on peut rendre les choses encore plus ridicules en posant une question simple : en quoi la famille Baker est-elle un danger biologique ? le rapport précisément ? Aucun. La redirection artistique comme le choix de refonte du gameplay de la part de Capcom peut se comprendre ; mais pourquoi ne pas avoir tout simplement qualifié ce titre de Spin-off ?

Nous passerons la partie technique avec par exemple des similitudes d’inventaire etc., puisque la trame du jeu n’a absolument rien à faire avec le nom des Biohazard. C’est tout simplement « cracher » sur la conception directrice et originelle de la saga. Un carnage qui se poursuit avec Resident Evil VIII avec cette fois ci des créatures inédites signes du Loup-garou de Londres ou encore Hurlements.

A la croisée de l’horreur psychologique et de l’occultisme fanatique, oui Resident Evil VIII rejoint parfaitement Resident Evil VII. Ne vous inquiétez pas, seul les studios Triple A peuvent se permettre un tel carnage car les indépendants ne le pourrait pas. On peut donc conclure que Capcom a une réelle volonté de se renouveler sans trop prendre de risque. S’asseoir sur ses acquis d’une part (en clair cela revient à dire délaisser la communauté dédiée des fans) et jeter la réputation à la poubelle pour autre chose qui n’a rien avoir (autrement dit, se trouver un autre public).

Resident Evil Village : Village people au TGS 2020 !

VillageOn a tous envie de crier tous en cœur « YMCA »! Capcom avait préalablement annoncé qu’ils en diront davantage pendant leurs conférences de presse en live du Tokyo Game Show 2020. Bah non ; Rappels : vous pouvez retrouver tous les lives soit sur YouTube, soit depuis le site Asia Capcom. Finalement avec le bestiaire de RE 8 Village People, c’est le YMCA du cinéma d’épouvante ! Ce qui n’est pas sans rappeler le film Van Helsing assez calamiteux (Oui ce déchet tout public). Une sorte de panier patchwork qui rassemble toute sorte de créature du folklore européen et mondial, un gros « ETC. », bref à classer éventuellement dans la catégorie « divers » des jeux d’horreur.

Capcom et la licence Biohazard ont clairement dépassé son apogée et est en pleine déchéance ! Car l’aspect patchwork n’a rien de positif ou d’innovant, c’est plutôt une forme de variété nivelée par le bas. Finalement le seul lien avec les RE, c’est 3…2…1 : Chris Redfield ! Bah oui alors parce qu’un personnage récurrent de la saga est présent, cela justifie de le nommer « suite » plutôt que « Spin-Off » ?

Concernant la liste des caractéristiques annoncées hier, vous pouvez consulter le site Biohazard France.

Conclusion à la roulette russe : fin de la partie

Biohazard déchetsAprès avoir bien remué le couteau dans la plaie comme il faut, nous avons joué au jeu de la roulette russe. Une seule balle, une chance sur six de se retrouver au cimetière. Perdu, cher Capcom, vous ne possédez pu le monopole des jeux d’horreur et surtout pas dans la classification horreur psychologique. 

S’il vous plaît, arrêtez vos collectors en carton avec vos 75 % de marge, faites tout en dématérialisé ! Morale de l’article: les studios indépendants sont l’avenir, vous, vous êtes le passé révolu. En tout temps, un roi cède sa place à un autre roi. Quel genre d’entreprise massacre le succès de ses produits dans un but uniquement vénal et avec une politique de marketing sauvage ? RE 7 et 8 = Spin-Off, point barre. 

Un petit cadeau de notre part :

(Visited 13 times, 1 visits today)
About author
Avatar

Claire Gozen

Passionnée par l’horreur depuis l’enfance, j’ai vu mon premier film très - trop ?- jeune. Que ce soit au premier ou second degré, mon amour pour "le côté obscur" s’est étendu progressivement aux jeux vidéos (Resident Evil, Silent Hill...), aux atmosphères post-apocalyptiques ou glauques (l'incontournable HP Lovecraft) ou encore aux jeux de plateau (Les demeures de l'épouvante...). Je satisfais mes envies créatrices via la photographie Urbex, le dessin, et - accessoirement - par une dévotion totale à l'écriture d'articles sur votre site de Dark Culture préféré ! Artiste Ouverte sur le monde