0

Abysses

L’énigmatique sirène prédatrice des profondeurs revient à la surface afin de trouver des ressources alimentaires. Freeform nous présente la reine des abysses portant sa couronne de flots marins. Eline Powell dans le rôle de Ryn séduit les âmes perdues tandis que Ben Pownall (Alex Roe) mène son enquête sur le terrain et fait tout pour retrouver la sœur de la sirène déchue. Attention cette critique contient des spoilers et se base sur les deux premières saisons de la série. 

Une série sur les sirènes ? : Mais de quoi parle cette série ?

Ryn

Mais qu’est-ce que cette série ? Il s’agit d’une série se passant dans le petit village de pêcheur au nom de Bristol Cove. Un village ayant pour légende d’être le berceau des sirènes. La vie des habitants de Bristol Cove se verra bouleversée quand de véritables sirènes feront leur apparition. La légende locale renaît et la confrontation entre les sirènes et les hommes reprend . Cependant, l’histoire n’est pas aussi simple. Nous suivrons à la fois  Ben et Maddie, deux biologistes confirmés dans leur domaine qui se retrouveront à devoir défendre les créatures face aux différents dangers qui tourneront autour d’eux. Xander, un pécheur un peu bourrin mais prêt à refendre ses amis ainsi qu’Helen, propriétaire d’une boutique d’antiquités et expert en légende locale.  Nous suivrons aussi deux sœurs sirènes, Rev et Dona, qui feront très rapidement la connaissance des héros humains.  Le fond de l’histoire est assez classique même si bien adapté a l’écran. L’armée jouera le rôle du méchant, les personnages principaux humains le rôle des gentils qui devront choisir leurs camps, c’est a dire bien entendu le camp du bien. (production américaine tout public oblige.)

Cependant, derrière ce scénario assez classique se cache une seconde lecture bien plus sympathique. En fait, cette série est avant tout une allégorie dénonçant avec fermeté le racisme, la peur et le rejet de l’autre, de la différence et de l’inconnu. Car en effet, les personnes qui auront de mauvaises réactions dans la série seront surtout des personnes effrayées par ce qu’ils n’arrivent pas encore à comprendre.

Chants aquatiques : sur les traces de la mythologie antique

Chants

La mythologie autour des Sirènes est très vaste. Nous pouvons retrouver le mythe dans de nombreux continents, principalement au temps médiéval. Au plus tôt dans l’histoire, nous retrouvons la créature dans la mythologie Scandinave, où elle est surnommée la “géante des mers”.  Nous retrouvons aussi les sirènes dans la mythologie africaine, plus précisément dans la zone des Caraïbes. La sirène est très souvent évoquée dans la sorcellerie Vaudou d’Haïti, un culte vaudou venant tout droit du Bénin. Dans le culte, la sirène s’appelle Mami Wata. Il s’agit d’une déesse des eaux pour la fécondité de la femme et dont la principale demeure est l’Océan. Nous retrouvons également cette interprétation de la sirène dans les coutumes locales du Togo, du Cameroun et du Nigeria.

Attention cependant, il ne faut pas confondre le mythe des sirènes exposé dans cette série avec la sirène de la mythologie grecque, mi-femme mi-oiseau, même si ces deux créatures marines féminines ont en commun l’envoûtement des marins. Cependant, il est bon de se poser la question de ses différentes légendes. Comment des peuples qui ne se connaissaient pas vraiment en cette époque (Scandinave, Grecque et surtout peuples des caraïbes) ont pu mettre sur papier des légendes aussi proches entre elles.

Cryptozoologie et légendes : les faits rapportés 

chants

Les faits rapportés se font rare, c’est pourquoi la créature est classée dans le domaine de la cryptozoologie. Des observations sans preuve pouvoir affirmer les dires des témoins. Et figurez-vous que cela ne date pas d’hier. Déjà, au 15eme siècle, une personne bien connue de tout le monde rapporta avoir observé la légendaire créature. Il s’agit de Christophe Colomb, précisément en l’année 1493 au large de la sainte Dominique. Colomb parla dans ces notes de créatures stupéfiantes mais pas forcément aussi belle qu’il est décrit dans certains témoignages. L’avis n’est pas partagé par les marins d’un navire américain qui ont observé, vers 1850, près des îles Sandwich (Hawaï), une sirène “d’une grande beauté qui ne cédait en rien aux plus belles femmes” selon le carnet de bord du capitaine. Beaucoup de scientifiques pensent que Christophe Colomb ne fit en faite qu’une simple observation de lamantin. L’idée est intéressante, mais une telle confusion est tout de même difficile à croire.

Il faut aussi noter que si nous consultons certains archives européennes, certains documents stipulent qu’en 1403, près d’Edam aux Pays-Bas, un spécimen aurait été capturé par deux jeunes filles. Il s’agissait d’une femme, trouvée nue dans l’eau et ne parlant aucune langue connue, qui fut surnommée la « sirène d’Edam ». Nous retrouvons ce genre de légende un peu partout en Europe de l’Est mais tout principalement en Pologne ou une légende affirme qu’une Sirène aurait été capturé prés d’un lac et aurait fait partie de la cour du roi pendant plusieurs semaines, au temps du moyen-âge.  C’est pourquoi la sirène est le symbole de Varsovie où nous retrouvons une statue en son honneur dans un peu tous les quartiers de la ville.

Conclusion à 20 000 lieues sous les mers 

vie de famille

C’est l’écrivain danois Hans Christian Andersen qui inventa la légende moderne de la sirène. Elle n’est plus la terrible tentatrice mais devient une héroïne romantique, qui cherche en outre l’amour. Dans les deux premières saisons de la série, nous avons l’impression que la production a voulu faire un mixte entre ce modèle d’Andersen et la vision peut-être un peu plus cruelle de cette créature. Une vision plutôt sympathique car mélangeant beauté et sauvagerie à la fois.

Il faut le dire, la série n’est pas mauvaise du tout. Le scénario est bien présent et arrive toujours à captiver le téléspectateur. Les acteurs sont très crédibles. Il ne joue pas à la perfection mais arrive à convaincre dans leurs rôles respectifs. Le seul problème bien présent, et cela saute tout de même aux yeux dés le départ, c’est le manque de financement de cette série. Ils n’ont pas suffisamment de moyen pour pouvoir réaliser une série de bien plus belle qualité. La photographie rappelle beaucoup les séries des années 90, ce qui plaira aux nostalgiques, mais ce qui fera peut-être fuir les personnes étant soucieux des détails.

Il faut aussi savoir que la chaîne qui diffuse la série est la chaîne FreeForm. Il s’agit d’une chaîne câblée n’ayant malheureusement pas les moyens d’une grosse chaîne commerciale. Il faut donc plutôt voir les choses de manière positive en ce disant qu’il est déjà excellent qu’une “petite” chaîne câblée puisse produire une série d’une telle qualité.

[/vc_column_text]

7.5

Author's rating

Overall rating

Scenario
8.0
Acteurs
8.0
Photographie
5.0
Ambiance
8.0
Generale
7.5
The good
  • Acteur convaincant

  • Bon scénario

  • Thème originale

The bad
  • Photographie d'un ancien temps

  • Manque de moyens techniques et financiers

  • Trop d'épisodes par saison

(Visited 47 times, 1 visits today)
About author
Avatar

Schatten

Enquêteur et fouineur dans les dossiers non classés, chasseur d'informations à la traque de clichés inédits et insolites ! Anciennement ufologue de terrain et administrateur du groupe et forum spécialisé dans le paranormal et l'ufologie.

Your email address will not be published. Required fields are marked *