0

Yoko Kanno & Yuki Kajiura

YÔKO KANNO «  La Dame Mystérieuse au Chapeau… ou le Dragon céleste. »

Yôko KannoSa biographie

La petite Mozart en prose est née en 19 mai 1964 dans la préfecture de Miyagi dans la région de Tohoku (île de Honshu, nord du Japon). Bien précoce, à l’âge de 3 ans, elle joue du piano suivit, dans sa longue route, par l’apprentissage du clavier, de la harpe et l’accordéon. A 18 ans, elle suit des études à l’Université de Waseda. Ainsi, elle y apprend la musique plus en profondeur et s’applique à apprécier des artistes comme Claude Debussy (*1) ou Maurice Ravel (*2) …

Son diplôme en poche, Melle Kanno va poursuivre son parcours en travaillant avec TETSU 100% (*3) de 1987 à 1989 jusqu’à la séparation du groupe. Toutefois elle travaillera surtout dans la composition de sons claviéristes mais aussi d’arrangements musicaux. Après 1989, elle sera embauchée par la KOEI (*4) afin de créer les bandes sons de jeux vidéos/PC. Néanmoins en parallèle, elle composera pour une agence de communication UNIT SLAMPY RED (*5). Des musiques spéciales afin d’ illustrer des spots publicitaires (NTT burutta, Georgia coffee, Coca-cola…) et des documentaires de la NHK.

Début de carrière

Dossier, Musique, Yoko KannoEn 1994, alors âgée de 30ans, Yôko se lance en carrière solo. Elle collabore notamment avec Hajime Mizoguchi (*6) sur les albums de “Please Save My Earth”, ou “Macross Plus”… Deux ans plus tard, elle se fixera un nom définitivement dans la composition de B.O. d’anime avec “Tenkuu no Escaflowne”. Cette œuvre va la propulser au titre de déesse musicale. 1998 est l’année où elle signa la bande originale de “Cowboy Bebop” suivi par son 1er et unique album solo « Song to Fly ». De 1999 à 2001, elle enchaîne les succès : “Turn a Gundam”, “Escaflowne movie”, “Chykuu Shoujo Arjuna “et le film de “Cowboy Bebop”… Elle termina le siècle de façon spectaculaire.

Ensuite, Yôko a travaillé avec le studio BONES en passant sous contrat l’OST de “Wolf’s rain” et de “Ghost in the Shell : Stand Alone Complex”. Tout au long de sa carrière, elle collabora avec Maaya Sakamoto, Steve Conte, Akino Arai, Ilaria Graziano, Scott Matthew, Mai Yamane et Francisco Sansalone… Sans oublier les fois où Yôko a chanté sous le pseudonyme de Gabriela Robin. Son style, d’une polyvalence d’un niveau peu commun, a su plaire et faire rêver. Notre chère Yôko touche à tout : style celtique, chants grégoriens en passant par les tribus Massaïs ou encore le bon vieux rock and blues…

Yôko Kanno, d’une personnalité fortement charismatique, va au devant de ses passions. Toutefois elle est aussi esprit à s’isoler dans son atelier de création… Elle a pu réussir car elle a su s’imposer sans se limiter au travail des autres. Elle a simplement écouté sa voie et son désir, toujours plus ample, d’ouvrir son monde aux autres pour mieux l’explorer elle même.

Discographie classée par genre 

– Anime : Brain powered, Cardcaptor Sakura, Cowboy Bebop, Clampschool detectives, Dai Guard, Earth girl Arjuna, Escaflowne: the movie, Ghost in the shell (stand alone complex/2 nd Gig/Tachikoma Days), Jin roh, Legend of Chrystania, Macross (7, 7 encore, Dynamite 7, Plus), Memories : Magnetic Rose, Mind game, Noiseman sound Insect, Please save my earth, Rahxephon, Reccord of Lodoss War : Chronicles of the Heroic Knight, Sousei no Aquarion, Turn a Gundam ( Earth light, Moonlight butterfly), The Vision of Escaflowne, Wolf’s rain, The Other side of Midnight, Song of fly (solo), and X.

– Jpop : Grapefruit, Dive, Hotchpotch, Lucy, Hashiru (single), Yubiwa (single), Mameshiba (single), Easy listening, Single Collection I & II, Shounen Alice, Sora no mori (with A. Arai), with Chiyono Yoshino (montage, song bird, melange), with Crystal kay (eternal memories, kimochi ne hana), with Keiko Nakajima (Keiko Nakajima), with Kyoko Koizumi (otokonoko onnanoko, otokonoko onnanko Single), and with Yuri shinatori (caramel pop).

– Films : Ashura_jo no Hitomi (Blood Gets in Your eyes), Beautiful Sunday, Boku wa Benkyou ga Dekinai (I can’t Study), Mizu no Onna (Woman of water), Natsujikan no Otonatachi (Adults of Summertime), Onkyou Seimeitai Noiseman (Noiseman sound insect), Shimotsuma monogatari (Kamikaze Girls) and Tokyo sora.

– Jeux vidéos : Cowboy bebop, Earthwinds, Genghis Khan, Napple Tale, Nobunaga’s Ambition, Ragnarok Online 2 (^.^), Romance of the Three Kingdoms, Storm of the Meiji restoration, True legend of Nobunaga I & II and Uncharted Waters I & II.

-CM (ComMercial Work) : Documentaires de la NHK, spots pub. (voir Bio)

Lexique :

  • (*1) Claude Debussy (1862-1918), compositeur français qui explora les gammes exotiques : il a composé « Prélude à l’après-midi d’un faune » en 1894 et « Trois nocturnes pour orchestre » entre 1897/1899…
  • (*2) Maurice Ravel (1875-1937), compositeur français qui a composé nota « boléro » en 1928.
  • (*3) TETSU 100% : groupe japonais qui n’existe plus actuellement.
  • (*4) KOEI : société de jeux vidéos.
  • (*5) UNIT SLAMPY RED : société de spots publicitaires.
  • (*6) Hajime Mizoguchi : compositeur japonais né en 1960, est également violoncelliste.

YUKI KAJIURA « La cavalière ou le serpent terrestre »

Yûki Kajiura

Sa biographie

Née un 6 août 1965 à Tokyo, la petite virtuose musicale s’ancra dès son jeune âge dans ce domaine grâce à son père, féru de musique orchestrale. Yuki ou le serpent terrestre a grandit en Allemagne dans le folklore germain, ce qui l’influencera fortement dans toute sa carrière. C’est d’ailleurs ce savant mélange de culture qui rend son style si reconnaissable.

De retour dans son pays natal, la jeune femme édifie un groupe avec 6 amies appelé SEE-SAW. Rapidement, Yuki se charge du poste de compositrice au sein du groupe, tandis que l’interprétation fut gérée par Chiaki Hishakawa. Le succès sera modéré mais potable puisque de nos jours, ce groupe existe encore bien que, 4 membres soient partis.

Début de carrière

Dossier, Musique, Yuki KajiuraA 30 ans, et cela ironiquement d’ailleurs (réf. Bio. de Y.Kanno), Melle Kajiura entre donc en scène. 1995 est l’année où elle composa la B.O. du film « Tokyo Kyodai ». Ensuite, elle s’achemina vers l’animation avec Shin Kimagure Orange Road… En 1997, la dame se consacra à la composition musicale de la série T.V. « Eat man », ce qui a marqué le vrai lancement de sa carrière. A côté de cela, Yuki entra dans la musique d’anime, mais continua à produire des OSV (*1) (BO de films, de jeux vidéos…). Yuki a composé, entre autre, la BO de “Hack//SIGN”, “Noir” et “Le Portait de Petit Cossette”. (/!\Non il n’y a pas de faute, l’anime s’appelle comme ça !). Elle a aussi composé des musiques pour les seiyuu (*2) Saeko Chiba et Yuuka Nanri. C’est d’ailleurs avec elles que se forme le groupe/projet nommé FICTION JUNCTION YUUKA.

En 2005/2006, Yuki a signé les BO de Tsubasa Chronicle, Mai Hime et Mai Otome. Elle partage donc la grande scène musicale avec Yôko Kanno. Bien que son style électro-traditionnel soit surtout dominé par le violon, elle sait parfaitement se lier à un contexte « mangatesque »donné. C’est d’ailleurs ses musiques pour des scènes de combats qui l’ont fait connaître par beaucoup !

Même si sa personnalité est moins charismatique que Yôko, Yuki connaît son métier et sait aussi nous offrir de grands moments d’émotions.

Discographie classement chronologique et par genre

-Anime :

1996- Shin Kimagure Orange Road
1997- Eat Man
2001- Noir OST I , OST II, Noir Ltd OST ‘noir blanc dans noir’ double CD
2002- Aquarian Age OST, Hack//SIGN OST I (sound and sound), Hack//SIGN OST II (sound and song). Hack//Liminality OST, Hack//Extra OST. Gundam Seed OST I.
2003- Gundam Seed (Complete Best, OST III).
2004- MADLAX OP/ED, MADLAX OST I et II, Xenosaga II Movie Scene Soundtrack. Chrno Crusade, Bakuretsu Tenshi OP. Cossette no Shozou OST . MAI HIME OST I.
2005- Mai HIME OST II, Erementar Gerad OST, Tsubasa Chronicle OST/“Amurita“, Gundam Seed (Destiny, complete best) Mai Otome OST 1.
2006-Mai Otome OST2, Hack//Roots OP/OST, Tsubasa Chronicle OST III.

– Jeux vidéos :

1998-Double Cast (PS1)
1999-Meguri Aishite (PS1)
2002-BLOOD the last vampire (PS2)

– Films :

1995- Tokyo Kyodai, Ruby Fruit
1999- Rainbow
2000-Boogie pop and others, Tuki

-Comédies musicales :

1998-Sakura Taisen, Fine, Funk-a-step
1999-Funk-a-step II, Christmas Juliette
2000-High school revolution
2001-Shooting star Lullaby
2002-love’s labour’s Lost.

Lexique :

  • (*1) OSV : Orginal Sound Version.
  • (*2) Seiyuu : voix japonaise d’acteurs ou doublage. Divisée en sections : individuelles, groupes, drama, TV shows, games, events, web, publicité, animes… Extrêmement populaires au Japon.

 

(Visited 25 times, 1 visits today)
About author
Avatar

Claire Gozen

Passionnée par l’horreur depuis l’enfance, j’ai vu mon premier film très - trop ?- jeune. Que ce soit au premier ou second degré, mon amour pour "le côté obscur" s’est étendu progressivement aux jeux vidéos (Resident Evil, Silent Hill...), aux atmosphères post-apocalyptiques ou glauques (l'incontournable HP Lovecraft) ou encore aux jeux de plateau (Les demeures de l'épouvante...). Je satisfais mes envies créatrices via la photographie Urbex, le dessin, et - accessoirement - par une dévotion totale à l'écriture d'articles sur votre site de Dark Culture préféré ! Artiste Ouverte sur le monde

Your email address will not be published. Required fields are marked *