0

Raised

VilleRaisedLa série Raised by Wolves imaginée par Aaron Guzikowski aura sa seconde saison. Cette information a été confirmée par HBO Max depuis quelques semaines. Alors que le final de la première saison vient tout juste de paraître, les fans s’entichent parfois d’hypothèses erronées, sans doute par manque de recherches. Le titre sous la production déléguée de Ridley Scott, dispose de nombreux codes propres à ses univers (Prometheus, Blade Runner). On trouve par exemple les fameux androïdes ou encore une planète étrangère avec une forme d’intelligence avancée et parasitaire. 

(Attention ce dossier contient des spoilers)

Bref résumé: le contexte de fond de Raised by Wolves situe les évènements aux alentours du XXIIe siècle et débute avec la fin tragique de la Terre.  En effet à cette époque, une guerre mondiale oppose deux clans aux idéaux antagonistes :  les Mithraïques (qui vénèrent Sol) et les Athées (qui ne jurent que par la Science). De manière isolée, Lamia une androïde « nécromancienne » est reprogrammée afin de devenir la nouvelle mère de l’humanité. Son petit vaisseau en partance pour la superterre Kepler 22b est une arche dans un nouveau monde où elle va devoir élever sa famille.

Raised by Wolves : Mithra dans la peau de Sol

SolSolAu petit écran le côté mystique apparaît en la dévotion des mithraïques envers leur dieu unique : Sol. Or, le mot mithraïques est constitué du nom propre « Mithra ». Par conséquent, qui est Mithra ? D’après nos recherches, il s’agit du dieu indo-iranien de la lumière et de la justice. Longtemps associé au mythe d’Ahura-Mazda (le dieu du bien dont il y a une référence dans le film Whismaster), cette divinité remonte au XIVe siècle av. J.-C. Par ailleurs on parlera ici de mazdéisme puisque ces cultes étaient liés à Ahura-Mazda. Concernant Mithra et le style rituel pratiqué par ses fidèles, il y a un rapport direct avec le sang. La plupart des cérémonies religieuses avaient lieu dans des grottes, ce que l’on nommait alors « le baptême du sang ».

On peut rapprocher Mithra au serpent duquel Lamia donne naissance. En effet dans les rares représentations de la divinité, on voit clairement le serpent présent qui pique le taureau sacrifié à la patte. Par déduction, on peut penser que Sol est le serpent. Nous reviendrons sur la symbolique de cet animal dans le paragraphe suivant.

SoltempleVoici une parenthèse en lien avec l’un des emblèmes de Sol : le pentagone. Il ne s’agit pas vraiment d’un pentagone mais très précisément d’un dodécaèdre pentagonal. C’est à dire un polyèdre ou forme géométrique en 3D doté de plusieurs faces pentagonales. Le dodécaèdre comprend un volume de douze pentagones. Si l’on part du principe que le schéma du pentagramme est un pentagone régulier convexe, on parlera donc de géométrie sacrée. La codification iconographique a été reprise notamment par Léonard de Vinci avec sa création l’homme de Vitruve (L’œuvre originale que Vinci a adaptée, provient d’un vénitien en 1525, intitulé « Harmonia Mundi« ). Le pentagramme tire son étymologie grecque du chiffre « 5 » et concerne plus anciennement les alchimistes ou la magie noire. Le dodécaèdre à douze face rejoint le second emblème de Sol dans la série : un soleil à douze rayons.

Qui est le « donneur » engendré par Lamia ?

RaisedDonneurLa primivité comme l’apparence de la créature, issue de l’utérus de Lamia, ne sont pas complètement celles d’un serpent. Un être vertébré qui dispose de protéroglyphes parmi sa dentition pourrait être à première vue apparenté à un serpent. Mais par opposition avec ces dires, ce que Campion a nommé le « donneur » possède également dans sa mâchoire, un scolex. Ce dernier est muni de plusieurs crochets (qui ressemblent à des dents orientées vers l’intérieur) et quelques ventouses. Ceci est caractéristiques des cestodes, des vers parasitaires du tube digestif commun chez les vertébrés. Dans Raised by Wolves, le donneur peut voler.

Il a hérité de cette faculté par hérédité grâce à la nécromancienne. On ne sait pas grand-chose de sa biologie hormis que la composition de son organisme contient du carbone. Autre raison pour laquelle le donneur ne peut être majoritairement assimilé au serpent: le rôle de la dentition. Chez ce dernier, les protéroglyphes ont pour unique finalité d’injecter, non d’aspirer, un venin afin de paralyser la proie. Chez les vers parasitaires, le scolex a un autre but: ces invertébrés sont hématophages (espèces se nourrissant de sang).

PèreDonneurDernier point important qui soulève des interrogations inédites, la capacité du donneur a communiquer par télépathie et celle d’envoyer des messages sur une distance impossible à parcourir pour l’Homme : le distance Terre – Kepler 22b. Ceci correspond exactement à 587,1 années-lumière ! (Nous développerons cette idée dans le troisième paragraphe). Parmi les rares expériences recensées crédibles, les personnes télépathes auraient le pouvoir de voyager au-delà des dimensions avec leur corps astral. Ceci est sujet qui peut inviter à l’écriture par un dossier ultérieur. L’unique question est: quel est l’objectif de cette forme de vie ?

L’histoire de Kepler 22b selon la série

kepler 22bbbOn se demande bien pour quelle raison Aaron Guzikowski, grand adepte de Star Wars, a choisi cette exoplanète pour développer sa trame. On pourrait soupçonner que Ridley Scott est mêlé à cette affaire: avec Prometheus, le vaisseau scientifique qui arrive sur LV-223, une planète jusqu’alors inexplorée. Sa position se valide grâce aux découvertes archéologiques sur Terre.  Cette idée est officiellement confirmée lors d’une entrevue dans le New-York Times: « Quand Scott a fini de lire le scénario, il avait changé d’avis. « C’est un oiseau très rare, cette histoire », a-t-il dit. « Je me suis dit : ‘Oh mon Dieu. Il faut que je le fasse. Je dois donner le rythme et diriger le pilote. » Il s’est immédiatement mis à faire du storyboard et à concevoir des costumes, des vaisseaux spatiaux et autres, et il a fini par diriger les deux premiers épisodes. »

HierbnationDépartPar ailleurs, pendant le dernier épisode du TV show, on en apprend davantage sur les peuplades de la planète. Après le décès d’un humanoïde qui essaie de tuer la nécromancienne enceinte, Père découvre un crâne de Neandertal ne venant pas de la Terre. Il semblerait que cette espèce prospérait dans la partie tropicale de cet astre. Exactement là où les ondes électromagnétiques empêchent toute transmission d’onde. Donc on peut en déduire que Raised by Wolves présente ici une fiction dans laquelle la vie s’est développée sur Kepler 22b de manière similaire au schéma terrestre.

Deux planètes, deux sœurs. En effet, la guerre sur Terre qui oppose deux clans est comparable à celle sur Kepler 22b. Comment le donneur a-t-il réussi à envoyer télépathiquement son savoir vers la planète bleue, au-delà de 587,1 années-lumière ? Donc il aurait fallu que l’onde voyage pendant 587 ans ! D’ailleurs lorsque l’arche Mithraïque arrive sur l’astre étranger, ils prétendent avoir été en hibernation pendant 13 ans : ce qui est impossible.

Conclusion, la saison 2: vers une évolution des androïdes ?

captureAmourDans Raised by Wolves, n’allez pas chercher trop loin non plus. Il est évident que Ridley Scott a travaillé en équipe avec Aaron Guzikowski pour le script. Les vaisseaux typés arches sont des échos de Covenant. A la fin du final du feuilleton, on aperçoit un appareil athée, que fait-il là ? Le créateur de Lamia est-il à bord ? Pourquoi pas ! Ainsi, on peut tout imaginer. Par conséquent, Campion Sturges pourrait revenir dans la saison 2 et éclaircir ses relations avec sa création.  

Finalement entre Campion Sturges et Lamia, s’agit-il de sentiments authentiques, légitimes ? ou d’une forme d’attachement que l’on appelle les uns envers les autres, l’empathie ? Raised by Wolves va peut-être pencher ses inspirations vers Blade Runner dans sa seconde saison. Simple théorie !

Sources :

Toutes les copies d’écran utilisées pour illustrer l’analyse sont la propriété de © HBO MAX.
(Visited 121 times, 5 visits today)
About author
Avatar

Claire Gozen

Passionnée par l’horreur depuis l’enfance, j’ai vu mon premier film très - trop ?- jeune. Que ce soit au premier ou second degré, mon amour pour "le côté obscur" s’est étendu progressivement aux jeux vidéos (Resident Evil, Silent Hill...), aux atmosphères post-apocalyptiques ou glauques (l'incontournable HP Lovecraft) ou encore aux jeux de plateau (Les demeures de l'épouvante...). Je satisfais mes envies créatrices via la photographie Urbex, le dessin, et - accessoirement - par une dévotion totale à l'écriture d'articles sur votre site de Dark Culture préféré ! Artiste Ouverte sur le monde